• Sortie en salles le 16 mars 2016

    No land's song - un film-documentaire d'Ayat Najafi (2014)En Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes ne peuvent plus chantées publiquement si aucun homme ne les accompagne au chant, tout du moins devant un publique mixte. Sara Najafi (sœur du réalisateur) décide de mettre en place un concert à Téhéran avec des chanteuses iraniennes et françaises pour que les femmes puissent être entendues par le biais de la musique dans un pays où les inégalités hommes/femmes sont omniprésentes.

    Dans ce film, nous suivrons le parcours de Sara Najafi qui tente durant 2 ans et demi à ce que ce concert puisse se concrétiser en se rendant chaque semaine au Ministère de la Culture et de la Guidance Islamique afin d'obtenir les autorisations nécessaires. On apprendra tout du long de "No land's song" qu'en Iran, rien n'est acquis, tout peu changer en une fraction de seconde et qu'il est nécessaire de se "battre" pendant des semaines, des mois, voire des années pour obtenir (ou ne pas obtenir) quelque chose. Il est donc nécessaire de ne jamais baisser les bras, de ne jamais abandonner.

    No land's song - un film-documentaire d'Ayat Najafi (2014)

    La première rencontre entre Sara Najafi, les deux chanteuses françaises (Élise Caron et Jeanne Cherhal), la chanteuse tunisienne engagée Emel Matthouthi, un guitariste et un batteur, se déroulera à Paris. Par la suite, les échanges se feront via Skype (internet). Des échanges constructifs, entre volonté, interrogation, envie. Tout ce petit monde va apprendre le répertoire de chansons perses connues et chantées par des femmes avant la révolution. De l'autre côté, en Iran, les deux chanteuses Parvin Namazi et Sayeh Sodeyfi et des musiciens se réunissent également. 

    Après moult échanges pendant 2 ans et demi avec le Ministère de la Culture iranienne et entre non, peut-être, non, peut-être, le oui l'emporte. Les français-e-s et la tunisienne arrivent en Iran 5 jours avant le concert. Il est temps de répéter tou-te-s ensemble mais les répétitions sont régulièrement interrompues par le Ministère, la censure... Durant 5 jours ils se passent des choses tragiques mais aussi merveilleuses. La musique est universelle et les émotions le sont tout autant et on vivra durant tout le documentaire le ressenti des un-e-s et des autres de façonNo land's song - un film-documentaire d'Ayat Najafi (2014) très forte. La musique, la solidarité, la liberté, l'égalité ont permis de rassembler tou-te-s ces musicien-ne-s sur une même scène pour que les femmes puissent chanter publiquement en Iran ou tout du moins pendant deux heures lors de la soirée du 19 septembre 2013. Volontairement ce concert n'a pas été médiatisé, ni avant, ni après et n'a donc pas eu de retour dans la presse iranienne. La République Islamique d'Iran contrôle tout et ne veut pas que les femmes aient les mêmes droits que les hommes d'où la censure permanente. 

    Ce documentaire est admirablement réalisé, sans voix off. Il est émotionnellement parlant très fort car les mots, les gestes, la musique le sont pendant les 91 minutes du film. La musique, comme le cinéma, est une remarquable source à émotion, les deux ensembles réalisés dans de bonnes conditions peuvent traduire toute une palette d'émotion et amener les spectatrices et spectateurs à des ressentis fabuleux. J'avoue que j'ai pleuré sur certaines scènes tant l'intensité était à son paroxysme.

    J'ai vu ce documentaire dans le cadre des projections mensuelles organisées par l'association Cinéma(s) d'Iran au cinéma Le Nouvel Odéon à Paris. Avant et après chaque projection, Bamchade Pourvali, critique de cinéma analyse le film et propose un débat avec la salle. Ce mois-ci, Anne Grange, productrice du film (c'est une co-production franco-allemande) était une invitée surprise. Le film sortira en France le 16 mars 2016 puis en DVD. Il a été projeté dans quelques festivals et a reçu plusieurs prix.

    No land's song - un film-documentaire d'Ayat Najafi (2014)

    A propos du film :

    Bande annonce :

     


    votre commentaire
  • Sortie en salles le 24 février 2016

    Nahid - un film d'Ida Panahandeh (2015)Nahid, la trentaine, divorcée depuis deux ans, vit avec son fils Amir Reza dans un appartement d'une ville iranienne située près de la mer. Elle travaille dans une boutique d'une amie et y fait de la saisie informatique. Les fins de mois sont toujours très difficiles d'où la difficulté pour Nahid de payer le loyer à temps. Son fils de 10 ans fait régulièrement l'école buissonnière. Depuis quelque temps elle fréquente en cachette Massoud, un homme veuf qu'elle aime. Ils se voient sur la plage qui donne sur des chambres d'hôtel. Massoud est le directeur de cet hôtel. Lorsqu'il lui propose de l'épouser, Nahid et dans l'obligation de refuser. Les lois iraniennes donnent la garde des enfants de parents divorcés au père. Le père d'Amir Reza n'ayant à l'époque pas les moyens de subvenir aux besoins de son fils, il avait laissé la garde à son ex-femme mais à la condition qu'elle ne se remarie pas. Face aux pressions familiales, Nahid et Massoud se marient mais temporairement en renouvelant de mois en mois. 

    Nahid veut vivre librement à l'inverse de ce que la société iranienne veut pour les femmes. Les femmes sont toujours l'épouse de ou la fille de et elles sont considérées comme des mineures. Nahid a divorcé de son mariNahid - un film d'Ida Panahandeh (2015) car il était drogué et violent. Elle ne veut pas parler de Massoud à son fils de peur qu'il le répète à son père. Ce dernier n'hésiterait pas à "récupérer" son fils.  Malgré toutes les difficultés rencontrées sur son passage, Nahid est une femme forte qui se bat pour garder son appartement malgré les loyers impayés, pour qu'elle puisse avoir la garde d'Amir Reza. Elle ne fait pas toujours les bons choix, ment fréquemment pour s'en sortir et du coup, elle sème le doute dans l'esprit de Massoud. C'est un personnage attachant et en même temps, on se dit qu'elle en fait trop, que les mensonges amènent d'autres mensonges. Elle n'est pas toujours fine psychologue, criant,  faisant culpabiliser au lieu d'être dans l'échange. Mais Nahid est au bout du rouleau, elle ne sait plus que faire. Elle a peur de perdre la garde de son fils, elle a peur de devoir renoncer à l'amour de Massoud. Elle se bat mais dans la crainte, dans la peur de perdre ce qui lui est le plus cher au monde. 

    Nahid - un film d'Ida Panahandeh (2015)

    "Nahid" a été filmé dans une petite ville portuaire des bords de la mer Caspienne. J'ai apprécié les images où l'on voit Nahid, Massoud et un chien âgé souffrant certainement d'arthrose aux pattes arrières, sur la plage, avec la mer un peu plus loin. Ces quelques images donnent un plaisir aux yeux et a un certain côté reposant, comme pour se remettre de ce film assez explosif. Ce n'est pas un film d'action mais l'action est présente, avec une Nahid toujours volontaire et remuante. Les événements s'enchaînent. On n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer. Il manque tout de même quelque chose au film, un petit plus pour faire de "Nahid" un bon film. Il n'est pas mauvais, loin de là. Peut-être à cause des personnages, pas toujours attachants, entre l'ex mari détestable, le fils pas sympa (mais ça peut se comprendre vu la situation), Massoud compréhensif, gentil mais en arrière plan. Il reste Nahid combattante et avec ses imperfections. Tout tient bien la route mais un petit quelque chose manque. Du sel ? Un assaisonnement ? Je cherche peut-être la petite bête pour me justifier de dire si souvent du bien des films iraniens que je regarde. Allez savoir ! 

    Après 10 ans de télévision, de courts métrages et de documentaires, Ida Panahandeh signe à 36 ans son premier long métrage qui est un premier essai assez réussi. Les réalisateurs et réalisatrices iranien-ne-s reviennent souvent sur la condition des femmes, Ida Panahandeh n'est donc pas une exception. L'actrice principale, Sareh Bayat a joué dans "La séparation" d'Asghar Farhadi sorti en 2011. J'espère la voir prochainement dans un autre film.

    Avec Sareh Bayat, Pejman Bazeghi, Navid Mohammadzadeh, Milad HasanPour, Pouria Rahimi, Nasrin Babael, etc.

    Nahid - un film d'Ida Panahandeh (2015)

    Bande annonce :


    votre commentaire
  • Une séparation - un film d'Asghar Farhadi (2011)"Lorsque sa femme le quitte, Nader engage une aide-soignante pour s'occuper de son père malade. il ignore alors que la jeune femme est enceinte et a accepté ce travail sans l'accord de son marie, un homme psychologiquement instable..."

    "Une séparation" a attiré un million de spectatrices et spectateurs en France et je le découvre seulement maintenant en DVD, cinq ans après sa sortie dans les cinémas français. Un film à mi chemin entre drame psychologique et thriller. Il se déroule dans une grande ville iranienne. Les scènes sont surtout tournées en intérieur et dans une voiture. Le réalisateur Asghar Farhadi (La fête du feu, A propos d'Elly, Le passé...) oriente le film sur la psychologie des personnages, leurs émotions, ressentis, vulnérabilité, fierté, colère, entre mensonge et vérité. Tour à tour on se met à la place des personnages, rien n'est figé. Personne n'a raison, personne n'a tord. Tout est question d'interprétation et chacun-e essaie de sauver sa "peau". La condition des femmes saute aux yeux. Pour travailler, les femmes doivent avoir l'accord de leur mari (ou de leur père), une des nombreuses lois inégalitaires.  On y parle également des différences entre classes sociales , de religion, de divorce, de la garde des enfants, de vieillesse, de maladie avec le père de Nader atteint de la maladie d’Alzheimer.

    Une séparation - un film d'Asghar Farhadi (2011)

    Le suspense est bien mené et on a rapidement envie de connaitre la suite.  Les acteurs et actrices sont très convaincants. Les échanges verbaux entre les personnages sont nombreux et se rapprochent parfois à du théâtre (sans l'aspect théâtral !). Les images sont filmées simplement, sans cadrage extraordinaire, ni une volonté de faire une belle photographie. Dans l'un des bonus du DVD Asghar Farhadi insiste sur le fait que le film donne l'impression d'un documentaire.

    Encore un film iranien que j'ai apprécié même si ce n'est pas le film de l'année. Il est bien mené, touchant et par le biais d'"Une séparation", on peut voir une facette de la société iranienne réalisée par un iranien et non par des occidentaux qui en donnent leurs visions. Le cinéma ne changera pas le monde mais il peut aider à faire passer des messages et c'est déjà beaucoup. 

    A noter que la fille d'Asghar Farhadi,  Sarina Farhadi (12 ans dans le film) a pour la première fois un rôle important. Sareh Bayat (l'aide-ménagère) a le rôle principal dans "Nahid", film qui est sorti en France sur les grands écrans le 24 février 2016.

    Avec Leila Hatami, Peyman Maadi, Sarina Farhadi, Sareh Bayat, Shahab Hosseyni, Kimia Hosseini, Babak Karimi, Ali-Ashgar Shahbazi, Merila Zarei, etc.

    Une séparation - un film d'Asghar Farhadi (2011)

    Bande annonce :


    1 commentaire
  • Sortie en salles le 24 février 2016

    L'histoire du géant timide - un film de Dagur Kari (2015)Fúsi, la quarantaine, est bagagiste dans un aéroport islandais. Il vit chez sa mère, une femme autoritaire et qui a des idées bien arrêtées. Il est passionné par la reconstitution en modèles réduits de grandes batailles de la seconde guerre mondiale. Il peint, entre autres, des petits soldats ce qui montre une grande patience et beaucoup de créativité. Il aime aussi le bricolage et le Heavy-Metal (Slayer). Fúsi est très timide et isolé. Afin de le faire sortir un peu de sa coquille, le nouveau compagnon de sa mère lui offre pour son anniversaire des cours de danse de country. Là-bas, il fera la connaissance de Sjöfn et avec elle, il découvrira l'amour et la vie sera plus joyeuse... mais tout ne sera pas facile !

    Le film est centré sur Fúsi, joué par Gunnar Jónsson (Béliers). Un homme réservé, timide, mal dans sa peau certainement dû à son obésité et il a peu d’interactions sociales. Au travail, il est harcelé par 3 collègues mais il a le soutien de son responsable qui est en même temps un ami. Même si sa mère l'aime, elle ne dit pas toujours les bons mots et ne fait pas toujours ce qu'il faudrait pourL'histoire du géant timide - un film de Dagur Kari (2015) l'aider, le soutenir. Avec Sjöfn, sa vie va changer certes mais il s’avérera qu'elle est encore plus mal dans sa peau que Fúsi. Avec "L'histoire du géant timide" le réalisateur Dagur Kari met en avant un personnage atypique, mal dans peau, timide, qui découvre l'amour à presque 45 ans. Il est également sensible, empathique, gentil. Un personnage vedette comme il en existe rarement (ou dans quelques comédies sans grand intérêt) car ce qui fait rêver les gens, c'est la minceur, la beauté, l'élégance,  la jeunesse,  la réussite, le charisme, la virilité/féminité... Enfin, ce sont toutes les images en tête qu'on nous apprend à intégrer dès le plus jeune âge et qu'il est difficile de remettre en question tant elles nous semblent "normales". Et c'est justement tout le charme de ce film à contre courant, loin des clichés de notre époque. "Acceptez-vous tel que vous êtes au lieu de vouloir ressembler aux images stéréotypées et développez vos talents", c'est moi qui extrapole un peu mais chacun-e pourra en tirer des conclusions en fonction de son ressenti et de sa personnalité.

    L'histoire du géant timide - un film de Dagur Kari (2015)

    "L'histoire du géant timide" m'a bouleversé. Un beau film sensible, simple, émouvant. Il fait passer des émotions très fortes avec son personnage principal dans lequel on peut s'identifier facilement. De plus, le film est bien construit et les acteurs et les actrices jouent avec brio. Mention spéciale à Gunnar Jónsson pour sa justesse et toutes les émotions qu'il laisse transparaître. Le film a quelques similitudes avec un autre coup de cœur : "Kertu" d'Ilmar Raag sorti en France en février 2015.

    Le réalisateur Dagur Kari (The Good Heart,  Dark Horse, Nói albínói) est islandais. Dans "L'histoire du géant timide" on voit la météo rarement clémente, entre neige, et vents forts. Un pays froid et volcanique qui malgré tout attire de plus en plus de touristes grâce à ses paysages magnifiques. La population humaine est peu élevée : 330.000 habitant-e-s. La capitale est Reykjavik. 

    Avec Gunnar Jónsson, Ilmur Kristjánsdóttir, Sigurjón Kjartansson, Franziska Una Dagsdóttir, Margrét Helga Jóhannsdóttir, Arnar Jónsson, Thorir Sæmundsson, Ari Matthíasson, etc.

    L'histoire du géant timide - un film de Dagur Kari (2015)

    Bande annonce :


    votre commentaire
  • Sortie en salles le 10 février 2016

    El clan - un film de Pedro Trapero (2015)En Argentine, de 1982 à 1985, le clan Puccio enlève et séquestre dans la maison familiale des personnes riches afin de faire payer une rançon à leur famille. A leur tête, Arquimedes, le patriarche, père de 5 enfants. Il a travaillé aux renseignements lors de la dictature et a encore du soutien de la part de hauts gradés de la junte militaire. Cela lui permet d'agir sans être inquiété par la police. Alejandro, son fils aîné, est populaire dans un club de rugby de Buenos Aires et dans l'équipe nationale. Il est vaguement au courant des activités de son père. Il va peu à peu l'aider dans les enlèvements malgré des remords Il essaiera de s'échapper de l'emprise de son père mais l'appât de l'argent et la pression de son père le reconduira vers lui.

    Le film est tiré d'un fait divers vrais qui a fait la une en Argentine dans les années 80. Le film s'attarde sur le parcours d'Alejandro, sa relation tendue avec son père, ses hésitations et surtout son incapacité à se détacher de son père. C'est à une époque où l'Argentine est plongée dans la dictature (1976 - 1983). Les meurtres, les règlements de compte sont monnaie courante. Le clan agit comme bon lui semble, pas pour une question politique mais pour de l'argent, comme la mafia. La famille connait (hormis la plus petite fille) les agissements du père. Sa femme le soutien. Mais personne n'en parle, c'est un sujet tabou. Comme si ne pas en parler en ferait un crime moins honteux. Le crime de tuer les personnes après les avoir enlevées, séquestrées et avoir empoché la rançon. Arquimedes agit sans remords, comme un contrat de travail qu'il effectue.  Alejandro est champion de rugby, il a son propre commerce de magasin de sport, il va bientôt se marier et pourtant, son père le hante jour et nuit. Il lui est impossible de dire non de façon définitive. Arquimedes mène à la baguette la famille et tient une pression psychologique sur Alejandro. Ce dernier veut que tout s'arrête mais il continue et profite des crimes (argent).

    El clan - un film de Pedro Trapero (2015)

    Pour reconstituer le film, le réalisateur Pedro Trapero s'est servi des informations qui ont été données au procès. Il a fait toute une recherche en rencontrant des voisins, des amis de la famille. Il avait besoin de s'imprégner de leur vie, de mieux les connaître.

    Le film est bien mené, l'intrigue est intéressante.  Les acteurs et les actrices sont plutôt convaincants. Pas de temps mort, on ne s'ennuie pas mais ce n'est pas non plus un film d'action. La photographie est assez banale, rien à dire en particulier. Le plus intéressant sont les personnages, le déroulement. Beaucoup de musique, des morceaux connus surtout. J'aurais préféré une bande originale inédite, enregistrée pour ce film. La dernière scène est très marquante avec en sus la musique en fond sonore qui vous martèle l'esprit. J'ai eu besoin du générique de fin pour me remettre de mes émotions.

    "El clan" se laisse facilement regarder, pas de chef d'oeuvre ici mais un film qui tient la route et se regarde avec plaisir. 

    Avec Peter Lanzani, Guillermo Francella, Lili Popovich, Giselle Motta, Franco Masini, Gastón Cocchiarale, Antonia Bengoechea, Stefanía Koessl...

    El clan - un film de Pedro Trapero (2015)

    Bande annonce :


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique