• Sacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971)

    Sortie en salle le 6 août 2014

    Sacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971)Le film est sortie en 1971 (j'avais un an !) et d'après les informations que j'ai, il fait partie des films italiens les plus importants de sa génération. Le 6 août 2014 est sorti en France une version restaurée, ce qui lui permet d'avoir une seconde vie dans les cinémas : chouette !

    Je n'avais jamais entendu parler de ce film avant cette version restaurée mais bien sûr l'affaire de Sacco et Vanzetti, c'est tout autre. A l'époque, dans les années 20, Sacco et Vanzetti ont fait la une des journaux et ont eu un soutien international mais en vain.

    Vous l'aurez compris : le film est une histoire vraie, celle de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Ce sont deux immigrés italiens vivant aux Etats-Unis dans les années 20 qui sont arrêtés et accusés du meurtre de deux hommes commis au cours d'un hold-up. Pendant leur procès, le juge et le procureur mettent tout en oeuvre pour les enfoncer, n'hésitant pas àSacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971) mettre dans leurs discours une touche de xénophobie, de la chasse aux pauvres, aux syndicalistes, aux communistes, aux socialistes et aux anarchistes. Leur crime était d'être deux immigrés italiens ouvriers et anarchistes. Une époque où la chasse aux sorcières était monnaie courante aux Etats-Unis, Nicola et Bartolomeo étaient les proies idéales. Il fallait des coupables à mettre sur la chaise électrique. Pas n'importe lesquels : des immigrés récents, des rouges (communistes) ou des rouges et noirs (anarchistes). Tout ce qui était étranger, non conservateur pouvait être amené à être persécuté, voire condamné comme le furent Sacco et Vanzetti.

    Sacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971)Une première fois condamnés à mort, leur avocat a réussi à démontrer toutes les incohérences du procès mais l'appel fut rejeté. Au début du procès et à la demande de Sacco et de sa femme, il a préféré ne pas faire un procès politique et par conséquent d'évincer l'idée que les deux accusés étaient anarchistes par peur de perdre d'office le procès. Comme le procès piétinait et que Sacco et Vanzetti risquaient la pire sentence, l'avocat tourna le procès de façon politique. Sacco et surtout Vanzetti expliquèrent à la barre leur engagement pour un monde meilleur, sans exploitation, ni domination. Mais les mots "anarchisme" et "anarchie" ont tellement été galvaudés, détournés, criminalisés qu'hormis les ami-e-s, la famille des accusés figurant dans la salle d'audience, tout le monde préférait se fier aux riches conservateurs, à ceux qui détiennent le pouvoir et qui l'utilisent pour exploiter afin de s'enrichir encore plus qu'ils ne le sont. 

    Vous devinerez bien que dans le jury ne figurait que des hommes blancs, aucune femme, aucun noir, aucun natif (indien) que des blancs issus de la première vague d'immigration (colons).

    Sacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971)

    L'avocat a préfère démissionné pour laisser la place à un autre qui fera d'énormes recherches pour retrouver les véritables assassins mais quand la machine broie, elle broie et n'écoute pas. Sacco et Vanzetti seront exécutés sur une chaise électrique après une petite plaidoirie de Vanzetti le 23 août 1927 soit 7 années passées dans les couloirs de la mort à espérer une libération qui ne viendra jamais.

    Tant Vanzetti espérait, combattait, revendiquait son anarchisme, tant Sacco, broyé de l'intérieur, ne voulait plus croire à autre chose que le verdict énoncé dans la cours d'audience. Un comité de soutien avait été créé, amenant  des manifestations, la plupart du temps réprimées par la police d'Etat, la création d'une pétition internationale, signée par de nombreuses personnes, notamment par des "intellectuels". Des manifestations de soutien se sont déroulées dans de nombreuses villes aux Etats-Unis mais également en Europe. Mais rien ne fit. Le gouvernement xénophobe, anti-pauvres, anti-ananarchistes, anti-communistes a fait son travail : broyer les réfractaires. 

    Le film retrace le procès, les recherches de l'avocat, les années passées en prison, etc. C'est enSacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971) quelque sorte un film politique et historique bien mené et superbement interprété par les deux acteurs principaux. En effet Gian Maria Volontè (Bartolomeo Vanzetti) et Riccardo Cucciolla (Nicola Sacco) jouent une interprétation remarquable, tellement la sincérité, les mots justes, l'émotion de leur engagement sautent à la figure. On dirait de vrais Sacco et Vanzetti ! :-) Milo O'Shea (Fred Moore, leur avocat) n'est pas en reste non plus mais tou-te-s les acteurs et actrices sont remarquables.

    A noter que la bande originale est chantée par Joan Baez et la musique est d'Ennio Morricone. Je suis sûre que vous  connaissez toutes et tous cette chanson qui a fait un tabac. Après la bande annonce, j'ai inclus une vidéo de la chanson de Joan Baez "Here's to you Nicola and Bart" avec des images du film et des archives d'époque.

    Si vous ne l'avez pas déjà fait, allez voir ce film !

    Avec Riccardo Cucciolla, Gian Maria Volontè, Milo O'Shea, Cyril Cusack, Rosanna Fratello, Geoffrey Keen, William Prince, Claude Mann, Armenia Balducci

    Les vrais Sacco et Vanzetti : 

    Sacco et Vanzetti - un film de Guiliano Montaldo (1971)

    Bande annonce :


    Joan Baez "Here's To You (Nicola and Bart)" (images du film et d'archives) :


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :