• Le ballon blanc - un film de Jafar Panahi (1995)

    Le ballon blanc - un film de Jafar Panahi (1995)Après "Le cercle" sorti en 2000 "Le ballon blanc" est le second film du réalisateur iranien Jafar Panahi que j'ai regardé grâce aux samedis du cinéma iranien organisé par l'association cinéma(s) d'Iran au cinéma Le nouvel Odéon à Paris, un samedi matin par mois.

    La projection s'est déroulée le 21 mars, jour du nouvel an persan (1394) afin de le faire coïncider avec l'intrigue du film qui se déroule 1h30 avant un nouvel an. Une petite fille avec l'aide de son frère aîné arrive à soutirer de l'argent à sa mère afin d'acheter un gros poisson rouge dans une boutique, le poisson rouge étant un des symboles de la fête du nouvel an persan. Malheureusement tout ne se passe pas comme elle le souhaiterait. Elle se fait prendre son billet par un charmeur de serpents mais arrive tout de même à le récupérer puis le billet tombe sous une grille d'un magasin. Avec son frère, elle cherchera coûte que coûte à prendre l'argent qui est tombé dans un endroit difficile d'accès.

    Jafar Panahi donne les deux rôles principaux à deux enfants : il est plus facile de faire parler des enfants dans un pays, l'Iran, où la censure est importante. Dans le film, on voit Téhéran et ses rues, ses habitants (essentiellement des hommes qui occupent l'espace public), quelques boutiques. La petite fille a une forte personnalité, elle tient tête à sa mère, oblige le charmeur de serpents à rendre son billet, négocie avecLe ballon blanc - un film de Jafar Panahi (1995) le vendeur de poissons. Une petite fille qui montre que les femmes iraniennes veulent être libre et se défaire de leurs chaines imposées par lune République Islamiste. Comme je le disais, les hommes sont omniprésents dans la rue, pouvant s'arrêter, regarder ce qui les entoure tandis que le peu de femmes présentes sont obligées de marcher : il n'est pas question de flâner. Cet état de fait est très représentatif de la la place accordée aux femmes dans un pays qui considèrent les femmes inférieures aux hommes. On ne voit pas le père des deux enfants, on l'entend juste donner des ordres. Le fils obéit et dans la dernière scène, le garçon ne pense pas à remercier l'adolescent afghan qui leur a rendu service, comme pour se venger de la dureté de son père et certainement aussi parce que les immigrés afghan sont assez mal perçus en Iran (cherchez le bouc-émissaire, c'est malheureusement partout le même problème). 

    'Le ballon blanc" n'est pas à proprement parler un film politique mais il glisse tout du long du film sur le social, relatant des événements se déroulant dans la rue, permettant de mieux appréhender la vie à Téhéran par le biais de deux enfants déterminés.

    Le ballon blanc - un film de Jafar Panahi (1995)La mère que l'on voit au début du film est l'actrice Fereshteh Sadre Orafaiy qui joue également dans "Le cercle". Aïda Mohammadkhani joue la petite fille de superbe façon, avec détermination et beaucoup de caractère, deux année plus tard elle jouera dans "Le miroir", film du même réalisateur. Elle a maintenant 26 ans.

    J'en parlais dans la chronique de "Le cercle", Jafar Panahi a l'interdiction de faire son métier pendant 20 ans mais arrive tout de même à sortir des films en détournant la loi. Ses idées progressistes ne plaisent pas à la censure, en l’occurrence le gouvernement iranien qui aimerait bien le voir partir du pays. Son prochain film "Taxi Téhéran" (regardez la bande-annonce) sortira en France le 15 avril. Je vous en parlerai donc prochainement. En attendant, n'hésitez pas à regarder ce beau film qu'est "Le ballon blanc".

    Avec Aïda Mohammadkhani, Fereshteh Sadre Orafaiy, Mohsen Kafili, Mohammad Shahani, Mohammed Bakhtiar, etc.

    Le ballon blanc - un film de Jafar Panahi (1995)

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :