• Irina, la mallette rouge - un film de Bernard Mazauric (2013)

    Sortie en salle le  3 septembre 2014

    Irina, la mallette rouge - un film de Bernard Mazauric (2013)Synopsis :

    "1995, la guerre de Bosnie se termine. Mais les violences entre ethnies ne disparaissent pas. Si les combats s'arrêtent, les forces internationales ne peuvent empêcher les vengeances et les représailles qui succèdent à la cruauté de la guerre civile. Pourchassés par quelques miliciens sans scrupules Irina et son père s'enfuient. Son père touché par le tir d'un sniper, Irina se trouve seule et livrée à elle-même.

    Elle trouve refuge dans une ferme isolée où elle gagne peu à peu l'affection de tous les occupants, une famille bosniaque musulmane et pieuse qui ne veut rien savoir du conflit.

    Pendant qu'à l'extérieur l'arrivée des Nations Unies et de la Croix Rouge permet à la région de se normaliser peu à peu, Irina partage la vie de la ferme et se lie d'amitié avec le jeune Malik.

    Mais les préjugés et les rancoeurs viendront bientôt perturber la vie de cette famille sans histoires et menacer l'amitié naissante entre les deux enfants. Leur survie même sera compromise alors qu'ils s'enfuient pendant une nuit glaciale dans la campagne bosniaque, toujours parsemée de champs de mines."

    Une semaine après sa sortie au cinéma, "Irina, la mallette rouge" est sur les écrans de 3 cinémas parisiens. Je me suis dépêchée d'aller le voir de peur qu'il ne soit plus à l'affiche d'aucune salle très prochainement. C'est la dure loi de la jungle, heu non, du monde du cinéma ! Je me suis rendue tout à l'heure au Nouveau Latina, sympathique cinéma dont je vous ai parlé récemment.

    La guerre : terrible mot synonyme de morts, de viols, de violences, deIrina, la mallette rouge - un film de Bernard Mazauric (2013) blessures, de séparations... une tragédie qui n'est malheureusement pas prête d'être abolie. Irina, est une très jeune serbe chrétienne qui a perdu sa mère. La dernière fois qu'elle a vu son père, il était blessé, peut-être mort ? Elle est désormais seule avec comme seul bagage une mallette rouge. Elle rencontrera une famille bosniaque musulmane qui lui offrira au début un peu à contre-coeur, le gite, le couvert et par la suite de l'affection. Elle travaillera à la ferme avec Malik, un jeune garçon d'à peu près son âge, le fils cadet de la famille avec lequel elle se liera d'amitié. Medhi, le père, est autoritaire, brusque mais qui, quelque part, à bon coeur. Fatima, la mère, est généreuse, gentille. Elle explique à une amie que son père l'a obligée à se marier avec Medhi et qu'avec les années, l'amour est arrivé. Samia, proche de sa mère, est la fille aînée. La grand-mère de Medhi vit également dans la maison, elle est âgée et ne peut plus marcher. Tout ce petit monde a juste de quoi vivre avec le travail de la ferme (et l'exploitation des animaux, pffff !) mais ils sont relativement indépendants. La famille prend beaucoup de risque à héberger Irina. Les meurtres des serbes commis sur les bosniaques ont marqué les esprits et nous sommes juste après guerre : la haine est les rencoeurs sont omniprésentes.

    On verra comment la famille, qui au début (hormis Fatima toujours ouverte et généreuse) est assez réfractaire à l'idée d'avoir une serbe chez elle, se prendra d'affection pour elle. La scène dans laquelle Irina danse sur un morceau célèbre de musique classique est formidable. Elle ne remarque pas qu'elle est observée par toute la famille. Elle fait une chorégraphie du tonnerre (de Brest !) et à la fin du morceau, chacun-e Irina, la mallette rouge - un film de Bernard Mazauric (2013)l'applaudit. C'est un moment magnifique tant par la qualité de la musique, que par la folle envie de danser d'Irina qui exprime tant de choses. De plus, la scène représente la concrétisation d'un lien fort qui unie Irina à cette famille. J'en ai eu les larmes aux yeux !

    La relation entre la famille et Irina ne fait pas oublier la guerre et l'après-guerre et nous sommes de façon récurrente confrontés aux dérives, à la reconstruction, à la haine, aux malheurs, etc. Rien ne justifie une guerre !

    Aman Bains (Irina) et Matthew Shanfari (Malik) jouaient avec "Irina, la mallette rouge" leur premier rôle au cinéma. Ils sont très bons et j'espère qu'on les verra dans d'autres films.

    "Irina, la mallette rouge" est un très beau film français qui m'a émue, qui m'a touchée et que je vous recommande de voir si vous n'être pas un-e inconditionnel-le-s des blockbusters qui tâchent ! C'est simple et c'est beau.

    Avec Aman Bains, Matthew Shanfari, Chrystelle Labaude, Anna Cottis, Patrick Dross, Patrick Albenque, Collin David Reese, Marine Vincent, Richard Deiss, Lydia Chassaing, Axel Honounou...

    Irina, la mallette rouge - un film de Bernard Mazauric (2013)

    Bande annonce :


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :